• l'heure est grave

    A la question : « A quel être vivant vous serait il le plus difficile d’ôter l’existence ? »

    97% des sondés d’un échantillon représentatif de la population répondent en chœur :

    « A moi même. »

     Bigredouille…
    Voici au moins une preuve de franchise. Accordons leur cela avant que de leur jeter la pierre. Il est plus aisé de tuer un individu que de se supprimer soi même… Il faut bien le reconnaître…

    Chacun sait bien évidemment combien parfois, l’humeur se dérègle pour devenir noire. Quelque fusible inconscient que Freud eut été heureux de localiser vous fume dans les circonvolutions et vous voilà anéanti, dans les ténèbres sinistres de la douleur morale la plus insupportable. Au point que le néant apparaît comme seule échappatoire. Mais cela se produit finalement peu : une fois, deux fois par semaine tout au plus ?
    Alors que l’envie brutale et peu raisonnée de supprimer un chauffard grossier, un supérieur suffisant, un subordonnée limité du plafond, une femme qui se refuse, une autre qui vous presse, un énarque politicien vendu, un taxidermiste gérontophile ou un astronaute Ghanéen, reconnaissez qu’elle vous taraude plusieurs fois par jour. Dire le contraire serait mentir ou pire : se cacher la vérité, se voiler la face.

    Les statistiques sont là pour appuyer nos dires : d’après nos calculs, il existe précisément 78.124587 Bertrand Cantat pour un Mike Brant. C’est vous dire…

     
    Vous voilà convaincus ? Non ? Et bien méfiez vous…

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :