• message reservé aux initiés du 31 03 06 au banana paf

    Plus que jamais résolue a élever la raison à son firmament, voire au delà, la rédaction audacieuse du journal libéral a réuni vendredi 31 mars au soir ses troupes progressistes. La convention internationale s’est tenue au Banana Paf, sous l’égide de la brillantissime Cathy C que certains voient déjà en future Prise Nobel de l’électricité voire pire encore. Se sont succédés à la barre d’admirables orateurs, pour la plus grande joie d’un public de qualité.

    Les sujets les plus impensables ont été abordés, dans un pur esprit libéral et courtois à la fois.

    « Influence de la pensée rationaliste de Leibniz sur l’œuvre de Kant » par  la délicieuse Sandrine

    « L’homme du ressentiment est celui qui critique au lieu d’agir » par  l’irrésistible et irrésistible Sylvie.

    « Nietzsche ou l’art pour ne pas mourir de la vérité », par l’immense et captivante Caroline

    « La vie humaine est une affaire qui ne recouvre pas ses frais ou le pessimisme de Schopenhauer », la bellissime Coco.

    Et tant et tant d’autres encore et encore.

    Le moment du répit n’a sonné pour ces braves qu’au lever du jour. L’esprit quelque peu las, affolés par la camomille et la verveine qui ne le cachons pas, avaient ce soir là coulé à flots, nos génies audacieux ont enfin opté pour une récréation , mais une intellectuelle récréation. Il s’agit là, faut il le répéter, de la fleur de la fleur du gratin intellectuel.

    Dans  une ambiance digne, ils ont organisé un concours de strip-tease, une imitation du cochon en rut et un concours de vomi (à deux doigts, le concours à une main étant réprimé en France depuis trop longtemps) avant de tenter de réciter Hugo en louchebem, et de roter d’un trait l’alphabet dans les deux sens.

    La science a atrocement progressé, cela tombe sous le sens.
    De telles soirées font la grandeur de nos institutions et monsieur Villepin devrait s’en inspirer.

     

    Pourtant, Liberagneugneu a ses thuriféraires et ses contempteurs. La belle affaire…

    Miss France a bien des hémorroïdes et sa belle sœur de jolis yeux. Il s’agit d'accepter l’homme, ses cotés sombres et sa face joyeuse. Après tout, il n’y a pas d’amour de vivre sans désespoir de vivre, disait Albert.

     

    Tempête pour rentrer, t’en chie pour sortir, ajouterait Cathy. Un message obscur, adressé pour une fois à quelques initiés chéris de la rédaction.

    Libérangneugneu s’excuse auprès des autres, leur proposant d’aller se faire tondre.

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :