• oh nostalgie aimée

    Aux premiers frimas matinaux de l'automne, quand dansent au vent d'autan les feuilles jaunes, Libéragneugneu sombre et se morfond attristé, dans la nostalgie douce des moments passés. Automne, rentrée des classes, siècle dernier... Ah, comme le temps a vite fuit..
    Le présent est si bêtement terne. L'on progresse vers la citoyenneté militante , vers la festivité universelle et cela n'est pas le monde dont Liberagneugneu rêvait.
    La France s'est fourvoyée, s'entichant d'une religion nouvelle de supermarché bas de gamme : écolo militantisme égalitariste et communautaire... Beuark
    Ah, le vieil homme que je suis ne fonctionne que d'anciennes valeurs : l'amour courtois y tient une place de choix.. Ainsi Liberagneugneu croit il toujours qu'elle l'attend, cette poupée de son idéal, cette greluche insolente et femme, respectueuse des valeurs faites siennes et qui viendra noblement à lui, chuchotant avec délicatesse :
    « Oh mon prince, je n'aime que toi
    Homme d'amour, d'honneur et de foi,
    Nous marcherons tous deux vers la félicité,
    Si je puis avaler, être sodomisée
    Et... »
    Ah, nostalgie, purs sentiments...

    Une larme me vient, pardonnez moi

  • Commentaires

    1
    Vendredi 6 Octobre 2006 à 13:18
    :-)
    Hihihihihihi !
    2
    Vendredi 6 Octobre 2006 à 13:19
    Ce post aurait
    quand même mérité de figurer dans la rubrique Poésie, non ? Ahahaha ! (Je ris, mais c'est pas drôle.)
    3
    denis
    Lundi 9 Octobre 2006 à 13:35
    le sujet
    est trop serieux pour rire, allons
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :