• ouf

     

    ouf, vacciné... je suis.

    la plupart des patients décédés en Espagne furent de pauvres gens contaminés dans les lieux de soins. Et l'on se demande encore parmi le personnel des hôpitaux ou cliniques s'il faut ou pas se faire piquer. tout dépend : pense t on à soi plus qu'à son devoir?

    mon épouse adorée veut se veut faire vacciner... impossible.. tickets, attente, incompréhension. bien sûr, tout cela est géré par le public. Quand le Français comprendra t il que le service public délivre un service au rabais, inadapté, administré dira t on. un service public qui pense au service public, à sa protection, à ses avantages, à maudire ces voleurs du privé. Sarkozy et son administration comme tous autres pauvres petits les fonctionnaires de France. Eux d'abord, aucune confiance dans les acteurs du privé. EUX... EUX

    Marre.

    N'importe quelle clinique privée eut plus aisément assurer cette vaccination, avec un gentil sourire. Payant, pardon, bien, sur ils font tout pour le fric dans le privé, bien sûr.

    mais, le public de la République, non. bien évidemment.

    alors chopez vous la bien, cette grippe. vous la petite croix dans le tableur de l'administration.

     

    je dois être agacé.

    Et j'espérais tant de la HALDE.

    Public privé, ne trouve t on pas là l'essentielle discrimination, celle qui constitue notre France ?

     


  • Commentaires

    1
    zélie
    Dimanche 29 Novembre 2009 à 09:47
    meilleures informations = plus de vaccinations
    Si l'on donnait à ce " petit" personnel de santé un peu plus de considération, un peu plus d'attention ... Si on les avait informé, écouté, aidé... peut etre que se faire piquer aurait été plus aisé ( ça rime !!) ! Helas, ce "petit" personnel me semble bien peu considéré et seuls les médias, la Tv, internet... étaient leur source d'informations ! Ou plutot: de diffamation, mensonges, contradictions .... Considéré comme le reste de la population, le personnel de santé n'a-t-il pas le droit de douter ?t
    2
    Mardi 1er Décembre 2009 à 14:59
    ouf
    je n'ai jamais parlé de petit personnel. je note seulement qu'une fois de plus le public reste la seule référence. l'etat reconnait un surcout de 40% pour les soins hospitaliers, par rapport aux cliniques (quelle considération supplémentaire demandez vous??), alors que les cliniques assurent 70% de la chirurgie, 60% de la cancérologie. je connais, étant chirurgien, l'hopital. on ne me la fera pas, excusez moi..autrefois, les urgences étaient traitées en ville. il a fallu les transférer aux hopitaux. voyez le resultat.meme chose pour la vaccination. je crois que tout serait mieux allé siu les medecins de ville avaient géré le problème. cordialement
    3
    zélie
    Mardi 1er Décembre 2009 à 22:24
    ...
    Je suis totallement d'accord avec vous, les choses ont été mal faites, surfaites, les " grands de ce pays" ont donné l'orientation qu'ils voulaient à ce "sujet " du moment: la GRIPPE ! Sujet d'actualité plus que problème de santé publique. Dommage... Moi, je defendrais toujours le privé, je ne quitterai pas ma clinique pour aller travailler à l'hopital... c'est certain ! J'y suis, et j'y suis bien... donc j'y reste !
    4
    liberagneugneu
    Mercredi 2 Décembre 2009 à 13:48
    ouf
    je vous voyais ide fonctionnaire... il est temps de me soigner et d'apprendre à lire. je n'aime pas la fonction publique, ses excessives dépenses, ses privilèges ignorés de la halde et cette manière incessante et déplacée de geindre sur son pauvre sort pourtant bien enviable. même si bien sur chaque personne est respectable et seul le système est condamnable. restez fidèle au privé, c'est nous qui nous avons raison.bien cordialement
    5
    laterre78
    Jeudi 10 Décembre 2009 à 09:13
    T'es tj là lol
    Coucou, Ca me fait drôle de revenir par ici ; bref, je suis contente de voir que tu n'as pas changé :) D'accord avec toi bien sûr !
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :