• pfffff

    Affronter ses démons, froidement, sans artifice. Se voir tel que l’on fut, comme l’on est toujours. Et déplorer d’être jamais venu au monde. Facile pour un Nietzsche ou un Cioran. Atrocement douloureux pour un être faible… Pas si grave. Prenons chaque être humain peuplant cette planète, entaillons lui le bras et patientons : dans 140 ans, chacun aura disparu. Humus, poussières éparpillées, tombeaux de pin ou de noyer. Plus une entaille vivante. Virgule dans l’infini. N’empêche, la douleur morale est une épouvantable souffrance.

     

    Et geindre n’y fait rien...

    « I hurt myself today
    To see if I still feel
    I focus on the pain
    The only thing that’s real...*”
               

    Elles sont jolies parfois, les chansons populaires.

     *Trent Reznor


  • Commentaires

    1
    Vendredi 14 Avril 2006 à 20:00
    me suis
    toujours demandé si le "nous" employé,dans vos textes, eh ben si ce "nous" est un nous de parce que vous êtes plusieurs ou bien si c'est le "nous" royal (à la manière du grand Duc des frères Coen).Longue vie en tous cas!
    2
    denis
    Samedi 15 Avril 2006 à 08:14
    nous
    vous remercionss...
    3
    Samedi 15 Avril 2006 à 10:44
    t'en as dans les couilles
    ben dis donc affronter ses demons , comme ca , d'un coup d'un seul , en y abreuvant des lectures bien trop intellec pour moi!!! alors la merde t'en as dans le calbut !!. enfin pour ajourd'hui le seul demon que tu as du affronté , c'est celui de la pluie qui t'empeche de faire peter le kart !! gna gna gna !! tape toi une branlette de la main geuche , parait-il selon un vieux marabou que ca fait venir le soleil et accessoirement le rut !
    4
    denis
    Lundi 17 Avril 2006 à 21:21
    merci
    mais d'habitude, la main gauche, je la garde pour le rectum
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :