• politique : derniere minute, revelation, que du vrai de vrai

    Liberagneugneu modifie radicalement et définitivement son orientation dès aujourd'hui, et qu'on se le dise. Fi des grandes pensées et des cimes de l'intellect philophico théologique...
    Ce site va devenir le plus faisandé pourvoyeur de ragots malodorants du Nait (prononcez net).
    Nos politiques, ces lubriques glaireux, ont envahi l'essentiel, la moelle de notre Information : la bénie télévision, la sainte radio et les évangiles baveuses. Nous souhaiterions sans façon que chaque être politique aie la bonne et louable intention de se brûler la cervelle dans les cabinets mais cela tarde à venir.<?XML:NAMESPACE PREFIX = O /><O:P></O:P>
    Alors dans sa grandeur Liberagneugneu a t il décidé d'aider nos décideurs à franchir ce cap.
    En pourvoyant des ragots aussi véridiques que puants...
    Attention, âmes sensibles, refluants chroniques et diarrhéiques récidivants s'abstenir : l'affaire est sérieuse. Tout ici est vrai...<O:P></O:P>
    Que courre le ragot, que vole la médisance, et pis on verra bien...<O:P></O:P>
    Commençons par MSR...<O:P></O:P>
    1973, les bancs de l'ENA. Au plus près des bancs de l'Ena, cette école où l'on apprend comment pourrir la vie du citoyen, combien le harceler pour le détrousser, que le chef de la bande fut François, Jacques ou Jean Marie... <O:P></O:P>
    Alors que les élèves, sensés souffrir pour le bien public, s'affairent sur leurs cahiers à spirales, retentit le son caractéristique d'un pet claqué (cf : )<O:P></O:P>
    Effroi parmi les impétrants... La maîtresse, outrée, se lève comme un seul homme (oui, je sais). Les lèvres blanches, la mâchoire contractée :<O:P></O:P>
    « Qui a p.. »<O:P></O:P>
    C'en est trop, c'est une infamie, songe t elle inhibée en l'instant.<O:P></O:P>
    « pété ? » ajoute t elle.<O:P></O:P>
    Silence dans les rangs : l'Enarque sait se faire Tartuffe, que sait il d'ailleurs d'autre ?<O:P></O:P>
    Mais qui donc , Oh Dieu ?<O:P></O:P>
    Silence (le même)<O:P></O:P>
    L'affaire eut pu en rester là. Si Gneugneu n'avait pas existé. Hin, hin, rêvez, bourreaux de nos administrations. Ces temps sont révolus.<O:P></O:P>
    Liberagneugneu est en mesure de vous révéler gratuitement comment les fesses de Marie Ségo la Prude ont ce jour là claqué comme gifles.<O:P></O:P>
    L'affaire est affreusement simple, épouvantablement humaine et sordide à souhait. Du pur vice à l'odeur de souffre...<O:P></O:P>
    Lisez demain, après inscription du numéro de votre carte bleue, la suite de ce fait répugnant.<O:P></O:P>
    Après quoi nous vous dirons comment Nicolas a pu sans broncher mollarder dans la soupe Madame C., première femme de France, comment François a pu subtiliser l'honneur d'une jeune vierge et combien Jean Marie pue des pieds.<O:P></O:P>
    Elevons mes amis nos esprits au delà des miasmes morbides de cette campagne malodorante.<O:P></O:P>
    Amen<O:P></O:P>

  • Commentaires

    1
    Lundi 5 Mars 2007 à 14:16
    Salut Denis
    Je ne sais pas si tu te souviens de moi qui ai laissé régulièrement des messages sur ton blogg. Je suis LaTerre ou Nathaloche. J'ai crée un nouveau blogg : http://nathaloche.blogg.org qui s 'intitule : plaisirs et frustrations. Si tu veux y jeter un coup d'oeil. Sinon y a mon autre blogg plus familial : http://simone.blogg.org A + sur bloggland Sinon j'espère que tu vas bien et que tu pètes toujours la forme :)
    2
    denis
    Lundi 5 Mars 2007 à 21:01
    merci
    j irai avec plaisr
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :