• Putain, qu’est ce qu’ils vont dire de nous ?

    Liberagneugneu ouvre une grande enquête nationale : que diront ils de la France dans 254 ans 7 mois et quelques jours, nos descendants ?
    Que retenir de l'histoire de ce grand pays ?
    · Le fascisme de José et de ses alter ? Bof, vite oublié... Ils font légion dans l'histoire les haineux de ce type. Seule change la couleur de leurs chemises...
    · Les discours de la classe politique, plus plats que ceux de cent mille sous préfets aux champs. Ecoutons ...
    « Madame Royal, comment limiter le chômage, la misère, la corruption, bref la malodorante fermentation de la classe politique et les méfaits qu'elle engendre tous bords confondus et entremêlés.
    « Eh bien il faut une démocratie participative, citoyenne, une politique courageuse et des lois équilatérales et bissectrices
    « Madame, de combien baisserez vous les impôts, charges prélèvements de la mafia que vous couvrez ? Combien de privilégiés et autres fonctionnaires rassasiés à nos frais saigneront ils ce pays avant qu'enfin il ne vous saigne ?
    « Et bien je pense à une démocratie... »
    · L'histoire n'oubliera certes pas que l'état subtilise la moitié de la richesse nationale pour offrir en échange chaos et misère et permettre, ce qui nous met tous en joie, à ses fonctionnaires inutiles de poursuivre leur croissance en harmonie citoyenne.. Qui croira seulement qu'avec cette fortune sans pareil, quand le chômage étouffe 10% des nôtres, on se contente de dépenser des millions pour réintroduire l'ours en Ariège ? Louis 14 festoyait avec la cour quand le peuple affamé bouffait du rat bouilli... Rien ne change donc.
    · Symboles de notre époque à n'oublier jamais : le principe de précaution, que de craintives chochottes citoyennes ont imposé et gravé dans le marbre de la constitution. Ou l'inquisition stupéfiante et répugnante de la HALDE, qui mène croisade pour l'égalitarisme à outrance, triant quand même selon ses principes parmi les bons et mauvais harcèlements. Peut être son directeur est il finalement le plus représentatif de l'époque : énarque, retraité de la fonction publique, de Renault, le monsieur Schweitzer s'est octroyé d'énormes émoluments, faisant grincer des dents à la création de cette immonde et pestilente nouvelle boutique de l'administration.

    Beuark, cette époque est répugnante.
    Hélas, je ne puis recevoir les milliards de commentaires habituels. Lien piraté... Un fasciste, certainement..

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :